Une présentation de l`association a été faite à Mme Cachier. En échange, un brillant exposé sur la pollution dans la ville de Ouagadougou à été présenté à M. Ouedradogo. De cette entretien, il ressort que la pollution dans la ville de Ouagadougou prend de l`ampleur. Les concentrations de particules sont aussi élevées que dans les villes de Pékin ou du Caire, qui sont pourtant plus peuplées que Ouagadougou. Ces concentrations ne sont pas seulement dues aux poussières du sol ou du désert. Elles sont également dues à de très fines particules qui font le plus de dégâts pour la santé. Ces particules pénètrent très profondément dans l`appareil respiratoire. Elles résultent de toutes les activités humaines que l`on puisse imaginer. En particulier les feux domestiques, le trafic, les grillades. Le mois d`avril qui est le mois de la chaleur et de transition vers la saison des pluies, est le mois le plus critique en matière de pollution dans la ville de Ouagadougou. On a des niveaux de concentration de particules fines ahurissantes que je n`ai jamais vu ailleurs. C`est bien plus important qu`a Pékin ou au Caire par exemple. Nous confie Mme Cachier.

Les solutions à ce problème selon Mme Cachier sont à la fois politique que individuelles. Au plan individuel, le port du masque est recommandé en circulation. Au plan politique, il faut interdire les mélanges de temps frelatés pour éviter les nuages blancs.




Image
link=